Sommaire

Actualité
Les Amis du Beauceron
Présentation du Club

Informations

Statuts et Règlement Intérieur du Club des Amis du Beauceron

Adresses utiles et Délégations

Portrait
Standard
Standard en Français
Standard en Anglais.


Inscription au L.O.F.
À Titre Initial
Inscription au L.O.F.
à Titre Initial

Historique
du Berger de Beauce
La genèse

Caractère
Caractère du Berger de Beauce

Education et Utilisation
L'éducation
Le Pistage
Le chien peureux

Trouver un chiot
Naissances-Saillies

Calendriers
J.Beauceronnes
Nationale d'Elevage
Régionale d'Elevage
Expositions
CANT & Concours sur Troupeaux

Résultats Nationale
Résultats Nationale

Conseils
Débuter en J.Beauceronnes
Rappel du Chien
Pourquoi et comment

Cotations
Tableau des Cotations

Utilisation & Sports
Troupeau

Coin du Véto
Dépistage-La Dysplasie
Gestation et Mise-Bas
Herpès Virose Canine

Photos
Photos

Liens
Liens

U.S.A
Belgique
Finlande
Suisse
Canada
Pays Bas
Tchèque (République)
Italie
Suède
Luxembourg
Pologne
Angleterre
Société.Centrale.Canine.

A propos

Copyright © Les Amis du Beauceron - Tous droits réservés.
LA GESTATION ET LA MISE-BAS

par le docteur Aimé Sauvage

On ne voit pas la chienne grossir pendant le premier mois. On observe bien des changements de caractère mais qui ne sont pas toujours fiables. L'appétit reste le même au début et on peut même constater une diminution de celui-ci entre la 3ème et la 5ème semaine.

Les premiers examens échographiques fiables se font entre le 25ème et le 35ème jour de gestation. On peut aussi faire un examen radiologique à partir du 43ème jour (le squelette des chiots devient visible à la radiographie).

Quand la gestation est confirmée, il est conseillé de se renseigner auprès de son vétérinaire pour connaître le nom du vétérinaire de garde en cas de problème. Mieux vaut en effet prendre à l'avance ce genre de dispositions. Par ailleurs, en cas de maladie pendant la gestation, il faudra signaler cet état au vétérinaire pour le choix du traitement.

Les fœtus se développent beaucoup à la fin de la gestation. Il ne faut pas changer l'alimentation de la chienne avant la 5ème semaine. Alors il faudra Intégrer progressivement dans la nourriture habituelle un aliment élaboré pour la gestation et l'allaitement afin d'éviter les troubles digestifs jusqu'à ne donner plus que ce type d'aliment jusqu'à la fin de la lactation. Attention, certaines chiennes étant assez prolifiques, il faudra donner la ration quotidienne en plusieurs fois en raison des difficultés d'absorption.

Prendre conseil auprès du vétérinaire pour le vermifuge à donner avant la saillie et pendant la gestation.

La gestation dure en général entre 62 et 65 jours (parfois 58 à 70 jours).

Il convient de préparer un peu à l'avance l'endroit de la mise-bas. Ce sera un lieu calme, sans courants d'air où il sera possible d'installer une caisse de mise-bas avec rebords (voir ce qui se fait dans le commerce) pour empêcher les chiots de se disperser ou de se faire écraser par la mère. Il est souhaitable d'avoir à disposition une balance pour peser les chiots pour pouvoir suivre leur développement, une lampe à infrarouge, des ciseaux bien désinfectés pour couper les cordons ombilicaux et du fil pour serrer le cordon. On peut être attentif lors de la mise-bas et aider la mère en dégageant le chiot de la poche, s'il est encore dedans et couper le cordon.

La chienne peut mettre bas sans problème. Mais quels sont les signes qui indiquent une complication et quand faut-il intervenir ?

1- Lorsque tout va bien

La mise-bas normale est aussi appelée accouchement eutocique, par opposition à l'accouchement dystocique pour lequel il y a des complications. Lors de la présente étude, nous distinguerons les lices primipares (dont c'est la première gestation) des lices pluripares (dont c'est au moins la deuxième gestation).

II y a toujours un temps préparatoire à l'accouchement caractérisé par certains signes que l'on appelle prodromes. Ils sont suivis de l'accouchement proprement dit. Notre but est de vous donner des renseignements précis sur la mise-bas, car la parfaite connaissance du déroulement normal vous permettra d'intervenir à la moindre anomalie et ainsi de sauver votre portée et même votre chienne.

I-Prodromes

(4 signes préliminaires à la mise-bas)

1) Etablissement de la lactation : au trentième jour, on a une tuméfaction de la mamelle. La lactation des primipares se fait 24 h seulement avant l'accouchement tandis que celle des pluripares se fait une semaine avant.

2) Tuméfaction et congestion de la vulve : quelques heures avant la mise-bas chez les primipares ; 48 h avant chez les pluripares.

3) Ecoulement de la glaire cervicale : cet écoulement est toujours discret ; quelquefois il n'apparaît pas. II est incolore, visqueux et translucide.

4) Chute de la température rectale : dans les 24 h avant l'accouchement, on a une baisse (1° C) de la température de la chienne (elle est environ à 37° C). C'est le signe de Liebenberger. Cette chute est liée à l'effondrement de la progestérone (hormone de la gestation). II faut prendre la température de la chienne deux fois par jour car la chute est brève (12 à 20 h).

II- Déroulement de la mise-bas

(3 stades)

1) Temps préparatoire : il dure en général de 2 à 12 h mais peut aller jusqu'à 36 h chez les primipares. Les signes cliniques sont : modification du comportement (cherche l'isolement ou signes d'agitation) ; anorexie (perte de l'appétit) ; tachycardie (augmentation du rythme cardiaque) ; souvent des vomissements (chez les petites chiennes) ; le myomètre (muscle de l'utérus) devient sensible à l'ocytocine, ce qui entraîne des contractions utérines sans contractions abdomidales visibles ; dilatation du col et tissus mous de la filière pelvienne.

2) Accouchement fœtal : décubitus latéral ou en arc de cercle ; contractions utérines importantes et contractions abdomidales qui aident à l'expulsion du fœtus.

L'expulsion de tous les produits doit être inférieure à 12 h (24 h pour les primipares). La première expulsion est la plus longue et se fait 6 h après les préparations, puis 10 à 60 mn pour les suivants. S'il y a un grand nombre de chiots, on peut assister à une expulsion tardive pouvant aller jusqu'à 6 h, mais il y a alors fatigue et ralentissement de l'utérus.

3) Accouchement annexiel : il suit l'expulsion des produits. Quelquefois, les chiots naissent avec les annexes fœtales mais le plus souvent le placenta suit immédiatement l'expulsion du produit.

A la suite de l'expulsion fœtale, il y a des écoulements vaginaux qui sont verdâtres (utéroverdine), puis écoulement des lochies.

Après la naissance, la mère lèche ses produits pour libérer les annexes et inciter leur respiration. Le chiot crie et cherche tout de suite à têter. 

    

La mise-bas

2- Lorsqu'il y a des complications

I - Causes de l'accouchement dystocique

L'accouchement dystocique est dû, soit à une obstruction, soit à un défaut fonctionnel : inertie utérine.

1) Obstruction (2 causes)

a - Disproportion fœto-maternelle relative : elle est due :

- soit à un excès de volume des fœtus. Celui-ci est difficile à apprécier, même radiologiquement. S'il y a un ou deux fœtus, il peut y avoir des risques de disproportions ;

- soit à une angustie pelvienne, chez les chiennes primipares ; en cas de tumeurs ou de cales de fractures ;

- soit encore à une angustie vulvo-vestibulaire qui est un rétrécissement chez les animaux gras ou chez les femelles primipares de plus de 5 ans. Chez les jeunes mères, l'obstacle peut être naturel par rétrécissement (étroitesse de la vulve).

b. Présentation fœtale : cette antérieure et postérieure se nomme Eutocie. Cette transversale représente 10 à 20 % des cas de dystocie. II existe peu de cas de vice de position. En cas de vice de posture, la dystocie se réduit d'elle même si la taille du fœtus est normale. La position tête fléchie sur l'encolure, présentation nuque et déviation latérale de la tête est une position antérieure, alors qu'une présentation du "siège" est une position postérieure.

Les conséquences sont : fatigue de la mère, fatigue de l'utérus entraînant une inertie utérine.

2) L'inertie utérine

a. Inertie primaire : c'est le cas où les fœtus et la filière sont normaux. Cependant, il n'y a pas de contractions dans les cas précédents. L'inertie primaire se produit dans les cas suivants :

animaux gras (obésité), vieilles femelles, femelles carencées ou déséquilibrées endocrinologiquement, facteurs psychiques (arrêt de contractions), nombre élevé de fœtus (si supérieur à 10-12).

b. Inertie utérine secondaire : elle se produit à la suite de contractions longues et fatigantes (dans tous les cas d'obstruction). II faut porter un diagnostic entre les cas d'obstruction et de défaut fonctionnel car le traitement est différent.

II - Examen de la chienne dystocique

Cet examen peut être réalisé par l'éleveur lui-même. Pour cela, il faut faire

1) Examen commémoratif

- âge,

- pluripare ou primipare,

- déroulement de la mise-bas antérieure,

- traitement antérieur lors d'utilisation de progestatifs après la saillie ; on a une lyse fœtale progressive,

- date de la saillie, des chaleurs,

- format du mâle copulateur,

- établir la chronologie des prodromes (temps depuis le début des prodromes, début du "travail", temps écoulé entre l'expulsion de deux fœtus, dernière expulsion),

- nature des efforts (intensifs, rapprochés, leur durée).

2) Examen général

D'abord, il faut prendre la température. Puis, cliniquement, on observe les contractions, l'état de la vulve et du périnée, les écoulements vulvaires. On fait une palpation abdomidale douce et progressive, pour "sentir" les mouvements des fœtus ; une palpation du périnée (perception d'un produit) ; une inspection du vagin : elle n'est pas indispensable car le toucher vaginal peut favoriser une infection secondaire.

Après asepsie et antiseptie, on utilise un doigtier stérile et lubrifié (Istogel, Citrogel) et on fait une toilette vaginale. L'inspection du vagin permettrait de percevoir une tumeur ou l'engagement de foetus.

3) Radiographie de profil

Elle se fait centrée en région antérieure.

4) Auscultation des cœurs fœtaux

L'auscultation est possible au-dessus de la dernière mamelle inguinale.

III - Diagnostic

1) Retard à l'accouchement

La durée normale de gestation est de 63 jours, plus ou moins 7 jours. Au-delà de 70 jours, on considère qu'il y a un retard à la mise-bas par inertie utérine primaire. En cas de mauvais état de santé de la mère, faire une intervention entre le 63e et le 70ejour.

2) Fortes contractions improductives

II s'agit sûrement d'un cas d'obstruction ou d'anomalies de la filière pelvienne.

3) Retard d'expulsion d'un ou plusieurs fœtus

C'est un cas de dystocie par inertie utérine secondaire. On peut considérer qu'il y a retard plus de 4 heures après le dernier produit.

IV - Thérapeutique

1) Cas d'inertie utérine primaire

Si l'état général de la mère est bon, on peut réveiller les contractions par le moyen d'utérotoniques.

II faudra intervenir en faisant une hystérotomie (césarienne) si les utérotoniques se révèlent inefficaces au bout de 12 h ou si l'état général est mauvais.

2) Inertie utérine secondaire

II faut pratiquer une hystérotomie, sauf s'il reste un ou deux fœtus que l'on peut expulser par des manœuvres obstétricales.

3) Par obstruction

On fait des manœuvres, puis on favorise par un traitement médical. En cas de mauvais état et de dystocie transversale (radio), faire une hystérotomie. L'action thérapeutique sera faite en fonction de l'état de santé de la mère. II faut mettre la femelle dystocique sous antibiotiques.

V - Traitement médical de l'inertie utérine

1) Inertie utérine primaire

S'opère dans les cas suivants :

- si aucune obstruction mécanique n'intervient au cours de la mise-bas,

- s'il y a absence de contractions.

Utiliser des utérotoniques : à injections répétées, on utilise l'ocytocine.

Au 70ème jour, l'utérus ne répond pas d'emblée, donc il faut d'abord sensibiliser la matrice avec des œstrogènes, puis injecter l'ocytocine : 2-5 mg à action rapide (immédiate).

L'Ocytocine : 510 ui associées à 3-5 cg de sulfate de spartéine qui prolonge l'action de l'ocytocine et régularise les contractions. A renouveler toutes les deux heures jusqu'à 4 injections. Si le traitement est inefficace, on procède à l'hystérotomie. Après la mise-bas, on continue l'ocytocine (5-10 ui) jusqu'à trois fois par jour pendant 2 à 3 jours, de façon à favoriser l'involution de l'utérus.

Autres : Ergotamine, mais entraîne une fermeture rapide du col.

Au post partum : on a des lochies verdâtres, qui deviennent ensuite rosées. Les lochies ne sont jamais malodorantes, sinon il y a des infections secondaires. Les écoulements durent 8 jours. En cas d'allaitement, il y a des écoulements pendant toute la durée de celui-ci.

2) Manœuvres obstétricales

Si la mère est en bon état général, elle doit présenter des contractions spontanées. Faire une toilette génitale de l'animal : savonnage - asepsie. Lubrifier le vagin et mettre la mère sur une table.

Assistance manuelle : seulement si le fœtus est palpable en région périnéale ou touchable au doigt. II faut rompre les enveloppes.

- En présentation antérieure : mettre deux doigts derrière la tète, le pouce sous le mandibule. Tirer le chiot vers le bas de façon douce.

- En présentation postérieure : prendre les jarrets et le bassin en tirant vers le bas. Utilisation des forceps à mords démontables (délicat si l'on est pas entraîné).

 

Tableau pratique récapitulatif des interventions

à réaliser lors de dystocie (complication)

Symptômes

Diagnostic

Traitement

Gestation de plus de 70 jours.

Intertie utérine primaire.

1) Utérotoniques

Ocytocine :10 ui en intramusculaire ou 5 ui en intraveineuse (préférable à la post-hypophyse car moins d'effets secondaires néfastes), toutes les deux heures. II est préférable auparavant d'injecter 3 ml d'œstradiol.

2) Si le traitement médical ne donne pas de résultat, l'inertie utérine est trop profonde ; il faut envisager une césarienne.

Obstacle ou bassin trop étroit.

Obstruction

Césarienne.

Temps écoulé par rapport à l'expulsion du dernier fœtus supérieur à 4 h.

Fatigue de l'utérus.

Ocytocine (seule) : 10 ui en intramusculaire ou 5 ui en intraveineuse (PAS d'œstradiol).

Contractions infructueuses.

Filière pelvienne

étroite ou tumeur.

Manœuvres obstétricales ou césarienne, selon le cas.

Copyright © Les Amis du Beauceron - Tous droits réservés.